Les soirées Presse

Les francs-maçons offrent le café

LE PROGRES
Le 27 janvier 2011

Dans la famille des cafés à thème, le dernier-né s’appelle « Café Maçon ».

« L’idée vient d’une méconnaissance du public sur la franc-maçonnerie », explique Pierre, le « cafetier ». Une fois par mois, maçons et non maçons discutent (anonymement) d’un thème prédéfini. Des moments codifiés par les règles de la franc-maçonnerie, comme l’absence de jugement de valeur. « Ce n’est ni un café politique ni un lieu de confrontation d’opinions. On s’écoute, on réfléchit ensemble sur des thèmes philosophiques, de société ». Si le thème du premier café reste général – qu’est-ce que la franc-maçonnerie et quelle est son utilité ? -, le but n’est pas de s’attarder sur la définition du mouvement. L’entrée est libre, et si « Gérard Collomb peut venir mais ce n’est pas un club de personnalités politiques ». Anaïs Vendel

Ouverture d’un « café maçon » ce soir à Bellecour

LYON PLUS
Le 27 janvier 2011

Déjà connu pour ses cafés philo, médias, géo ou mode, le café de la Cloche…

… ajoute à sa palette un café maçon. Il réunira chaque premier jeudi du mois « des francs-maçons et des non-maçons » pour débattre de sujets de société. ça commence dès ce soir par un tour de chauffe sur le thème : « Qu’est-ce que la franc-maçonnerie ? quelle est son utilité ? » (A partir de 18 h 30, au 4, rue de la Charité, Lyon 2 e).

Les francs-maçons paient l’apéro au café

20 MINUTES
Le 27 janvier 2011

Le café de la Cloche (2e) organise ce soir à 18 h 30 le premier « café maçon », un apéro inédit entre des francs-maçons et des clients du café qui souhaitent dialoguer sur des questions de société.

« Ce n'est pas du tout dans une optique de recrutement que nous avons lancé cette idée, précise Pierre, l'un des francs-maçons à l'origine du projet. Nous souhaitons que la discussion décloisonne la franc-maçonnerie. Il faut que les gens arrêtent de fantasmer. »

La première rencontre aura pour thème le fonctionnement, l'histoire et l'utilité de la franc-maçonnerie. Si certaines interrogations trouveront des réponses, inutile de demander à quelqu'un son obédience maçonnique, c'est interdit. Et les débats se font selon les règles des ateliers maçons : on ne coupe pas la parole et on se manifeste avant de s'exprimer. Un blog sur le contenu des discussions devrait être créé. Le patron du bar, Philippe Bitat, n'exclut pas de « mensualiser le rendez-vous, si ça marche bien. »M.D.